Quelles solutions pour permettre la démocratie participative dans les mairies ?

La volonté de s’engager dans la vie publique concerne un nombre croissant de citoyens. Au niveau local, les maires doivent faire face à ces nouvelles attentes, à charge pour eux de trouver des solutions de démocratie participative, qui soient aussi efficaces que simples à mettre en œuvre, aussi pertinentes que rapides à déployer, …

S’engager dans la gestion de l’intérêt général, la démocratie directe en action

Vouloir agir sur la chose publique et ne plus se considérer comme un simple acteur de la vie publique, les citoyens de 2020 souhaitent une approche différente de leurs ainés en ce qui concerne la  gestion et l’administration de la société. La démocratie participative se hisse parmi les tendances à la mode, séduisant de plus en plus d’adeptes. À cette recherche constante s’opposent néanmoins de nombreux obstacles organisationnels (comment prendre en compte l’avis de chacun ? …), matériels (sous quelle forme initier des débats permettant à chacun d’exprimer ses idées ? …) , financiers (qui sera en charge de coordonner les multiples initiatives ? quelle sera la source de financement de ces nouvelles missions ? …)

Cette ambition de s’investir et de se mobiliser pour la collectivité, socle de la démocratie participative, se double d’une grande défiance et/ou méfiance de la population vis-à-vis de la classe politique. Les deux participent à cette urgence de trouver une solution de démocratie locale et c’est dans les territoires municipaux que les expérimentations se sont multipliées. 

Pourquoi les mairies s’imposent comme le cadre idéal pour la démocratie participative ?

C’est en effet au niveau local, que des solutions de démocratie participative peuvent être proposées aux citoyens.  En effet, impliquer les habitants d’une commune à la gestion de cette dernière pose moins de problématiques organisationnelles qu’une même ambition s’exprimant au niveau régional ou pire encore au niveau national. À chaque niveau de l’organisation administrative du pays correspond un empilement de normes et de règles à respecter, empilement inexistant s’agissant de l’administration d’une ville.

Cet aspect simplifié de la contribution citoyenne à la vie publique municipale se double aussi de l’appétence des citoyens à trouver des solutions pratiques pour leur vie quotidienne. Et en la matière, la proximité s’impose alors comme essentielle. Bien qu’elles n’aient pas les mêmes objectifs, la décision d’aménager un nouveau rond-point dans une commune permet aux citoyens engagés de « voir les choses bouger », alors qu’une concertation nationale autour de l’organisation du système de soins laisse l’impression de n’être qu’un rouage infime d’une chaine de décisions, qui échappe à la compréhension de la majorité.

Concrètement, comment le maire peut-il initier cette transformation pour plus de participation directe dans sa commune ?

L’idéal utopique d’une démocratie directe consisterait à rassembler l’ensemble de la population à chacune des prises de décisions de la mairie. En revanche, le maire, lui, doit trouver les moyens concrets pour répondre aux attentes de ses administrés, en leur permettant de s’associer à ces décisions, tout en préservant son rôle de décideur, en tant qu’élu. Il faut donc pouvoir débattre sans que ces débats ne paralysent la vie démocratique (trop nombreux, trop longs, difficultés matérielles à réunir la population à une heure donnée dans un lieu précis). 

Chacun doit pouvoir proposer ses idées et ses suggestions pour faire face aux enjeux qui se posent à la commune. En d’autres termes, le citoyen doit pouvoir être à l’origine d’un projet, qui sera porté, par la suite par la mairie elle-même.

Les solutions de démocratie participative en mairie impliquent donc bien d’apporter des réponses pratiques et adaptées à des problématiques de communication principalement.  Et il faut aussi que ces solutions soient simples et rapides à mettre en œuvre, mais aussi accessibles au plus grand nombre. L’application mobile Maires&Citoyens a été imaginée pour répondre à toutes ces exigences, et pour que chacun puisse y  avoir recours, il ne suffit que d’une chose : la décision du maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *